Profession : burelier (Part 1)

Il faut d’abord que je présente mes excuses aux auteurs du « Père Noël est une ordure » pour cet emprunt sans vergogne. En effet le « burelier » est, selon Zézette (épouse X) quelqu’un qui « travaille dans un bureau ». Je n’ai pas trouvé une plus juste définition du métier exercé par des millions de gens en France et dans le monde. Tout ce qui est décrit ci-dessous aura certainement un air de « déjà vu » pour ceux, cadres ou non, qui travaillent dans un bureau et paraîtra certainement extra-terrestre ou fantaisiste à tous les autres.
Et pourtant, je vous demande de me croire, je n’ai pas ménagé ma peine pour chercher le vocable le plus signifiant, le plus pertinent, le plus général et en même temps le plus précis, pour désigner ce « métier », car finalement c’en est un, qui se pare de nombreuses appellations : manager (ou chef de service, chef de département, sous-directeur, directeur…) gestionnaire, responsable de ceci ou de cela, chef de projet, support projet, acheteur, « marketeur », chargé d’affaire, de mission. Bref tous ces postes où l’on travaille dans un bureau et qui ne produisent rien directement pour l’entreprise. Enfin, rien qui ne soit nécessaire à la survie d’une entreprise.
Il faut donc en exclure les ouvriers (ceux qui restent), les informaticiens, les comptables (mais pas leurs chefs), les ingénieurs d’un bureau d’étude (mais pas leurs chefs ni leurs « support projet » ou autre « assistance qualité »), et, plus généralement, il faut exclure les « instructeurs de dossiers » que ce soit dans les administrations, les assurances ou les banques : ceux qui analysent, traitent, tamponnent, rejettent ou valident des demandes de produits ou services divers, tous ceux-là produisent quelque chose. Une fois que l’on a extrait du personnel d’une entreprise tous ceux qui « font », il reste bizarrement au moins autant de salariés « qui ne font pas » (je ne dis pas : « qui ne font rien » !) et d’autant plus nombreux que l’entreprise est plus grande.
Qui sont donc ces gens et que font-ils en réalité ? Pourquoi sont-ils si nombreux ? Pourquoi même sont-ils là ? A qui et à quoi sert leur travail ?
C’est à ces questions que nous allons tenter de répondre dans les articles qui suivent.

la suite ici